Information !

Sur le côté droit vous avez accès aux Archives du Blog et à la Revue de Presse à jour pour d'autres Blogs ! Bonne lecture !

vendredi 3 juin 2022

Résistance face à la Dictature Mondiale de l'OMS !

L’Afrique, les pays des BRICS et les Républicains américains bloquent le Traité Mondial de l’OMS sur les Pandémies qui donnerait tout le Pouvoir des États à l'OMS ! 

Comme pour la lutte contre le diktat mondial de Corona, de nombreux pays du Sud, et en particulier ceux d’Afrique, sont à nouveau à la pointe de la résistance. 
En effet, le très controversé traité mondial de l’OMS sur les pandémies, qui vise à mettre en place une dictature mondiale de la santé au-dessus du statut constitutionnel des États-nations souverains, est rejeté dans ces pays. 
Au Brésil et dans d’autres parties du monde, on se défend également. 
Le président brésilien Jair Bolsonaro a déjà annoncé qu’il ne soutiendrait pas le traité de l’OMS – nous en avons parlé.

Afrique, Brésil, Russie, Chine et autres ! 
Dans une rare démonstration de puissance et de solidarité africaine, plusieurs États membres d’Afrique se sont opposés aux modifications proposées au Règlement Sanitaire International (RSI) qui ont été discutées cette semaine à l’Assemblée mondiale de la Santé 75 (AMS) – une mesure dont beaucoup pensent qu’elle pourrait ébranler la domination de l’Organisation Mondiale de la Santé. 
Une source bien placée a fait savoir que "la résolution sur les modifications du RSI n’a pas été adoptée à l’AMS, car les Pays Africains craignaient que les consultations entre les États membres soient insuffisantes et que le processus soit précipité. 
Le Botswana a lu la déclaration au nom des 47 membres de l’AFRO et j’y étais personnellement présent". 
Selon Reuters, "si l’Afrique continue à refuser son soutien, elle pourrait bloquer l’une des seules réformes concrètes attendues de la réunion, réduisant ainsi à néant l’espoir que les membres s’accordent sur des réformes visant à renforcer les règles de l’Organisation des Nations unies pour la santé, qui s’efforce de jouer un rôle central dans la gouvernance mondiale de la santé". 
Le RSI vise à définir et à préciser les obligations des membres de l’OMS en matière d’urgences de santé publique et d’autres questions de santé. 
Le gouvernement des États-Unis a proposé 13 amendements controversés au RSI qui confèrent au directeur général de l’OMS, Tedros, le pouvoir unilatéral de déclarer des urgences sanitaires réelles ou potentielles et d’attendre une réponse dans les 48 heures. 
Le projet de proposition, qui n’a pas encore fait l’objet d’une décision formelle, vise également à modifier l’article 59 du RSI et permettrait d’accélérer la mise en œuvre des futurs changements.
Les Africains hostiles 
Il convient de rappeler que certains pays ont présenté à l’AMS des projets de résolution sur le RSI qui, selon la procédure de l’OMS, prennent au moins quatre mois pour être examinés. 
Ces pays sont l’Australie, la Bosnie-Herzégovine, la Colombie, l’Union européenne et ses États membres, le Japon, Monaco, la République de Corée, le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord et les États-Unis d’Amérique.

La délégation africaine WHA75 a exprimé des réserves sur ces modifications du RSI et a déclaré que toutes les réformes devraient être abordées ultérieurement dans le cadre d’un "paquet holistique".
"La région africaine partage le point de vue selon lequel le processus ne devrait pas être précipité", a déclaré mardi à l’Assemblée Moses Keetile (photo), secrétaire d’État adjoint au ministère de la Santé du Botswana, au nom de la région africaine.
"Nous pensons qu’ils vont trop vite et que ce type de réforme ne peut pas être mené à la hâte", a déclaré un délégué africain inquiet à Genève. 
La représentation américaine à Genève n’a pas répondu à une demande de commentaire de Reuters.

BRIMI fait son apparition : Brésil, Russie, Iran, Malaisie et Inde ! 
Le Brésil et la Russie font partie de l’initiative BRICS qui regroupe le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud. 
L’Iran et la Malaisie auraient également exprimé des réserves sur les modifications proposées du RSI, tandis que la Russie et le Brésil semblent vouloir prendre des mesures importantes en matière de politique de santé internationale ou peut-être même quitter l’OMS. 
Entre-temps, l’Inde a fait part de ses préoccupations concernant des irrégularités dans les finances de l’OMS. 
Un observateur de l’Assemblée mondiale de la santé issu de la société civile a fait savoir : "Juste pour votre information, l’équipe indienne a déclaré hier au Comité des finances qu’elle était très déçue que son audit ait été ignoré par l’OMS". 


Calendrier, double emploi et gaspillage de ressources financières ! 
Les discussions sur les modifications du RSI se déroulent parallèlement aux discussions sur un nouveau traité potentiel sur la pandémie (Pandemic Accord), ce qui suscite des inquiétudes quant aux doubles emplois et au gaspillage des ressources financières pour l’OMS. 
Compte tenu de l’évolution de la situation, il semble que les amendements au RSI et le nouvel accord sur les pandémies, s’ils aboutissent, seront tous deux appliqués au monde en 2024, à moins que les pays ne décident de réduire le pouvoir de l’OMS et d’assumer la responsabilité de leur santé. 
Cette date de 2024 a été soulignée par le groupe de travail sur les modifications du RSI : "Les délégués ont accueilli favorablement le rapport final du groupe de travail sur le renforcement de la préparation et de la réponse de l’OMS aux urgences sanitaires, qui proposait notamment une procédure pour d’éventuelles modifications du RSI (2005). Ils sont convenus de maintenir le groupe avec un mandat et un nom modifiés (« Groupe de travail sur les modifications du RSI" (WGIHR)) afin de travailler exclusivement sur l’examen des propositions de modifications du RSI. 
Les États membres ont également demandé au directeur général de convoquer un comité d’examen du RSI chargé de formuler des recommandations techniques sur les modifications proposées qui pourraient être présentées. 
Le groupe de travail proposera un ensemble de modifications ciblées pour examen par la soixante-dix-septième Assemblée de la santé".
"Plusieurs pays en développement ont exprimé le fait que l’OMS a trop de plates-formes de négociation et que cela n’est tout simplement pas gérable", a déclaré Nithin Ramakrishnan, conseiller du Third World Network.

Les sénateurs américains s’opposent à la surfacturation de l’OMS !  
Selon le Daily Caller, le sénateur républicain Ron Johnson (photo) "a présenté jeudi un projet de loi qui s’oppose à la surfacturation de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et assure au Sénat le contrôle du traité sur la pandémie". 
The Daily Caller a été le premier à recevoir la législation intitulée No WHO Pandemic Preparedness Treaty Without Senate Approval Act (Pas de traité de préparation à une pandémie de l’OMS sans l’approbation du Sénat), menée par Johnson et comptant 15 cosignataires. 
Le projet de loi mentionne la création par l’OMS d’un organe intergouvernemental de négociation (INB) et, s’il est adopté, exigerait que tout accord élaboré par l’INB soit soumis au Sénat sous la forme d’un contrat afin d’offrir une plus grande transparence à l’administration. 
Les législateurs estiment qu’ils doivent engager la bataille pour empêcher l’OMS de créer une INB.
"L’Organisation mondiale de la Santé, avec nos autorités sanitaires fédérales, a lamentablement échoué dans sa réponse au COVID-19. Leur échec ne devrait pas être récompensé par un nouveau traité international qui renforcerait leur pouvoir au détriment de la souveraineté américaine. 
Ce dont l’OMS a besoin, c’est de plus de responsabilité et de transparence", a déclaré Johnson au Daily Caller avant la présentation officielle du projet de loi.

Diffusé par 
Florent David : 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire